Скачать презентацию Animation pédagogique Mions — 2010 Attention Concentration Mémoire Скачать презентацию Animation pédagogique Mions — 2010 Attention Concentration Mémoire

cec150447526a12ab9432faa0d80105b.ppt

  • Количество слайдов: 41

Animation pédagogique Mions - 2010 Attention Concentration Mémoire et Apprentissage Animation pédagogique Mions - 2010 Attention Concentration Mémoire et Apprentissage

Pendant des siècles… zobjectif de l ’école : développer la mémoire zdistinction mémoire naturelle Pendant des siècles… zobjectif de l ’école : développer la mémoire zdistinction mémoire naturelle et mémoire artificielle zimportance des procédés mnémotechniques z. Francès YATES, l ’art de la mémoire, 1966

Mémoire et apprentissage z. La mémoire est au cœur de toutes les théories de Mémoire et apprentissage z. La mémoire est au cœur de toutes les théories de l’apprentissage. z. Aujourd’hui l’accent est mis sur les processus, sur la construction du savoir que doit faire l’élève. z. Quelle place pour l’effort conscient de mémorisation ?

Rôle de la mémoire dans l’apprentissage z Rôle important même si l ’apprentissage par Rôle de la mémoire dans l’apprentissage z Rôle important même si l ’apprentissage par cœur est moins souvent convoqué. z Tout le monde a une mémoire mais certains ne savent pas l’utiliser à l’école z La mémoire fonctionne automatiquement. z Elle est nécessaire pour la réalisation de toutes nos activités physiques et mentales. z Elle permet l ’acquisition, la stabilisation, la mobilisation de nos connaissances et savoir-faire.

Rôle de la mémoire dans l’apprentissage z Elle est nécessaire à la compréhension z Rôle de la mémoire dans l’apprentissage z Elle est nécessaire à la compréhension z Comprendre c ’est établir une relation entre une nouvelle expérience et ce que l ’on sait déjà. z Différencier mémorisation par cœur et automatisation z Pédagogiquement il est important de distinguer : yles exercices visant à maîtriser l ’application de procédures ou de règles yles exercices visant à maîtriser la reconnaissance de la situation

Importance des automatismes z. Exemple en mathématiques: yune planche mesure 1, 60 m de Importance des automatismes z. Exemple en mathématiques: yune planche mesure 1, 60 m de long. Je la coupe au quart de sa longueur et j ’utilise le morceau le plus long pour… yau moment de lire ou relire la suite : xplanche 1, 60 m, couper au quart, plus long morceau… xmorceau de planche de 1, 20 m xsituation de partage : division par 4 et multiplication par 3 pour le plus long

Importance des automatismes z 2 types : yautomatisme de reconnaissance des situations yautomatisme de Importance des automatismes z 2 types : yautomatisme de reconnaissance des situations yautomatisme de calcul zl’absence d’automatisme => yperd le fil : et on dit manque de méthode yla MT ne peut pas accéder au raisonnement de haut niveau : et on dit manque d’intelligence

Comment s’acquiert l’automatisation ? z. Automatisation : différent de « par cœur » ypassage Comment s’acquiert l’automatisation ? z. Automatisation : différent de « par cœur » ypassage possible par cœur mais pas indispensable (ex: date de naissance) yrecours (ex : orthographe) yun savoir mémorisé mais non automatisé s’efface si la mémoire n’est pas rafraîchie. yplus intéressante mais plus difficile à atteindre yun savoir est automatisé quand on l ’utilise fréquemment dans un contexte qui lui donne du sens

Comment aider un élève à automatiser un savoir ? z. Par la répétition mais Comment aider un élève à automatiser un savoir ? z. Par la répétition mais à condition de varier les contextes. z. Automatiser la reconnaissance du contexte yen lecture : automatiser la liaison entre un contexte et une prononciation yen grammaire : automatiser la liaison entre un contexte et un accord

En lecture zautomatiser la liaison entre un contexte et une prononciation zga go gu En lecture zautomatiser la liaison entre un contexte et une prononciation zga go gu et ge gi : reconnaître le son du début puis se concentrer sur la voyelle zga gi gu gan : travail de reconnaissance du son sur chaque syllabe zmots et phrases : encore plus pertinent

Une nécessité : l ’explicitation z. Qu ’est-ce qui est attendu de l ’élève Une nécessité : l ’explicitation z. Qu ’est-ce qui est attendu de l ’élève ? z. Quel usage doit-il faire de sa mémoire ? z Que doit-il y mettre ? z. Dans quel contexte devra-t-il utiliser ces informations ? z. Que signifie Apprendre ? Être attentif ? Se concentrer ?

Un modèle z. Réception Inhibition Traitement Stockage de l’information z. Attention Concentration Mémoire Un modèle z. Réception Inhibition Traitement Stockage de l’information z. Attention Concentration Mémoire

L’attention z Favorise l’ouverture de nos sens à la réalité externe ou interne z L’attention z Favorise l’ouverture de nos sens à la réalité externe ou interne z Assure une réception maximale de toutes les informations z Est un réflexe mais on peut la diriger z S’accompagne d’une mobilisation des ressources de l’organisme

La concentration z. Ferme notre conscience à tout ce qui peut distraire notre esprit La concentration z. Ferme notre conscience à tout ce qui peut distraire notre esprit de la tâche z. Agit comme un isolant : bloque l ’arrivée à la conscience de toute information qui pourrait nuire à la réflexion z. Favorise une utilisation maximale de la mémoire de travail

Attention et concentration z. Consomment de l’énergie ==> fatigue z. L’effort pour rester concentré Attention et concentration z. Consomment de l’énergie ==> fatigue z. L’effort pour rester concentré varie en fonction des tâches : yl’acquisition de nouvelles connaissances (+++) yla mise en application de connaissances déjà acquises(++) yla mise en forme d’informations déjà mémorisées et assimilées (+)

Avantages de développer un meilleur contrôle de l’attention et de la concentration z Ne Avantages de développer un meilleur contrôle de l’attention et de la concentration z Ne pas manquer une information importante z Pouvoir se concentrer rapidement sur une tâche z Devenir plus résistant aux distractions z Rester concentré plus longtemps z Avoir moins d’effort à fournir pour rester concentré z Maximiser l’utilisation de ses ressources intellectuelles

Niveau et durée variables z Une personne se comporte de façon d’autant plus efficace Niveau et durée variables z Une personne se comporte de façon d’autant plus efficace que son niveau d’éveil n’est ni trop faible ni trop élevé (Loi de Yerkes-Dodson) z La durée de concentration efficace varie selon la réserve d’énergie disponible et selon la difficulté de la tâche. On peut l’allonger : importance des pauses pour la récupération et l’assimilation.

Les facteurs favorables à la concentration z. Un environnement approprié ymoments, lieux, ambiances de Les facteurs favorables à la concentration z. Un environnement approprié ymoments, lieux, ambiances de travail z. Un démarrage rapide ycrée la motivation z. Une organisation du travail adaptée ytemps, espace, outils

Les facteurs nuisibles à la concentration z. La fatigue physique et nerveuse z. Des Les facteurs nuisibles à la concentration z. La fatigue physique et nerveuse z. Des habitudes de vie déséquilibrées z. Des problèmes personnels z. L’anxiété, la peur de l’échec, le stress… z. Le manque d’intérêt pour la tâche, les attitudes négatives

Les symptômes d’un contrôle insuffisant de l’attention et la concentration z. La lenteur à Les symptômes d’un contrôle insuffisant de l’attention et la concentration z. La lenteur à se mettre au travail zla difficulté à résister aux sollicitations de l ’environnement ou aux préoccupations personnelles zla difficulté à rester longtemps concentré

Les stratégies de contrôle z. Mobiliser son attention z. Focaliser son attention z. Utiliser Les stratégies de contrôle z. Mobiliser son attention z. Focaliser son attention z. Utiliser son langage interne z. Utiliser l’imagerie mentale

La mémoire Des conceptions qui s’opposent et qui évoluent La mémoire Des conceptions qui s’opposent et qui évoluent

Un modèle Environnement Récepteurs Emetteurs Mémoire de travail Générateurs de réponses Mémoire à long Un modèle Environnement Récepteurs Emetteurs Mémoire de travail Générateurs de réponses Mémoire à long terme

La MCT ou mémoire de travail z Consensus autour de l’existence de la MCT La MCT ou mémoire de travail z Consensus autour de l’existence de la MCT dans les années 60 z Elle se trouve à la charnière de l’information arrivant de l’extérieur qu’elle stocke provisoirement et de l’information interne qu’elle fait venir de la MLT et qui lui sert à comprendre ce qui vient de l ’extérieur. Elle fait éventuellement une synthèse entre les deux, encode le nouveau produit et le stocke dans la MLT.

Mémoire de travail zlieu où se négocient les compromis entre assimilation (intégration de ce Mémoire de travail zlieu où se négocient les compromis entre assimilation (intégration de ce qui vient de l ’extérieur) et accommodation (modification des structures internes pour les adapter à un apport qui les contredit). z. Ce travail intellectuel a un coût : l’automatisation diminue la fatigue et libère l’esprit pour les activités de niveau supérieure. y Idem pour l ’activité motrice et l’automatisation des gestes

Auditif/Visuel z A. de La Garanderie a distingué les sujets auditifs et visuels. z Auditif/Visuel z A. de La Garanderie a distingué les sujets auditifs et visuels. z Ce traitement particulier des informations est en partie indépendant du support perceptif. z Inciter l’élève à doubler l ’information verbale par une image mentale ou le schéma par une verbalisation. z Lui laisser du temps pour effectuer cette opération mentale.

Exercer la mémoire de travail z. Préparer une séance pédagogique c’est : ypréparer ce Exercer la mémoire de travail z. Préparer une séance pédagogique c’est : ypréparer ce que l’on va dire et ce que vont faire concrètement les élèves y. Mais aussi : s’interroger sur le rythme de la séance, préparer les consignes qui accompagne l ’activité de la MT (décrire, verbaliser, reformuler mentalement ), prévoir de se taire

La mémoire à long terme z Permet de conserver durablement des informations. z Serait La mémoire à long terme z Permet de conserver durablement des informations. z Serait subdivisée en : ymémoire non déclarative ou procédurale : conserve les habitudes sensori-motrices, les procédures, les automatismes ymémoire déclarative ou propositionnelle : que l’on peut exprimer avec le langage, elle-même subdivisée en: xmémoire épisodique : mémoire des événements de la vie personnelle xmémoire sémantique : mémoire des connaissances

Quelles formes de stockage ? z les informations de type verbal changent de codage. Quelles formes de stockage ? z les informations de type verbal changent de codage. Elles sont interprétées et condensées en MLT : on y retrouve un équivalent sémantique (inférence) z les images seraient reconstituées en MLT : le temps de travail sur les images est proportionnel aux dimensions de l ’objet réel. z les informations sont mieux mémorisées si elles sont verbales ET visuelles

Favoriser la solidité de la mémorisation z. La durée et le rythme des apprentissages Favoriser la solidité de la mémorisation z. La durée et le rythme des apprentissages ylaisser les élèves travailler yapprentissage distribué plutôt que massé ybesoin de silence et de repos zla nature et la profondeur du traitement de l ’information yreformuler pour s’approprier yassocier, mettre en lien yinférer yanticiper la réutilisation de l’information

Développer les capacités de mémorisation z Varier ce qui est à mémoriser : poème, Développer les capacités de mémorisation z Varier ce qui est à mémoriser : poème, dialogue, histoire, événements et dates, croquis, schéma, plans, tables, conjugaison, orthographe, autodictée, définition de mots, leçon complète…. z Varier les types de supports et de formalisation des connaissances : à l ’oral et à l ’écrit / mots, phrases, textes, schémas / dans le cahier, un carnet, une fiche…

Développer les capacités de mémorisation z Distinguer différentes méthodes : lire plusieurs fois, répéter Développer les capacités de mémorisation z Distinguer différentes méthodes : lire plusieurs fois, répéter à haute voix, à voix basse, dans sa tête, s’enregistrer puis écouter, faire dire par qq d ’autre et répéter, « photographier » et revoir dans sa tête, épeler, recopier, effacer, repérer les mots-clés, surligner, retrouver le plan, résumer, décrire le schéma à retenir, répondre à des questions, prévoir des questions, réciter à qq, petit papier avec réponse au dos, … z Recourir à des jeux de mémoire auditive, visuelle, olfactive, tactile z Commencer à apprendre en classe

Développer les capacités de mémorisation z Associer les élèves à l ’élaboration des connaissances Développer les capacités de mémorisation z Associer les élèves à l ’élaboration des connaissances à retenir: habituer les élèves à faire le point « qu’avons-nous appris ? Que faut-il retenir ? Prendre le temps de formaliser ce qui est rencontré. z Utiliser des traces impeccables (présentation et lisibilité) et structurées : faire apparaître l ’organisation de ce qui est à apprendre : plan, mots importants, hiérarchie, distinguer règle et exemple z Envisager les contextes où les connaissances seront utiles.

Développer les capacités de mémorisation z. Apprendre à identifier le contexte pertinent de son Développer les capacités de mémorisation z. Apprendre à identifier le contexte pertinent de son utilisation z. Et travailler la décontextualisation : identifier les éléments du contexte qui sont pertinents et qu’il convient d’encoder avec ce savoir et les distinguer de ceux qui ne le sont pas et n ’y sont associés que par coïncidence.

Développer les capacités de mémorisation z. Montrer le sens et l ’intérêt de ce Développer les capacités de mémorisation z. Montrer le sens et l ’intérêt de ce qui est à retenir : quoi ? Pour quoi ? z. Apprendre en plusieurs fois z. Réactiver les connaissances z. Prévoir avec les élèves le type de contrôle

Comment favoriser la décontextualisation z. Importance du temps de récapitulation : pause structurante, résumé, Comment favoriser la décontextualisation z. Importance du temps de récapitulation : pause structurante, résumé, évocation mentale. zidéalement 2 temps : yavoir le temps de mettre des images sur ce qu’il vient d’entendre, de lire, d’apprendre yverbalisation collective

 « Reformule ce que tu viens de comprendre » z. Etape essentielle pour « Reformule ce que tu viens de comprendre » z. Etape essentielle pour provoquer la mémorisation puisque ce n’est pas quand il écoute qu’il mémorise mais au moment où il se représente intérieurement le savoir à mémoriser.

Comment le français utilise la mémoire ? zlecture : coordination de la mémoire verbale Comment le français utilise la mémoire ? zlecture : coordination de la mémoire verbale et visuelle zl ’écriture : coordination des mémoires gestuelle, verbale et visuelle. Automatisation libère la MT zcompréhension : la mémoire permet les inférences zvocabulaire : le sens et les mots

Comment les mathématiques utilisent la mémoire ? z. Les mathématiques sollicitent en permanence la Comment les mathématiques utilisent la mémoire ? z. Les mathématiques sollicitent en permanence la maîtrise de nombreux automatismes et font appel à la métacognition (catégorisation du Pb, choix de la méthode, anticipation des étapes… zcalcul mental relève du niveau 2 : entraîne à mobiliser des savoirs pour répondre à des questions

Bibliographie z Alan Baddeley, Essential of Human Memory, Psychology Press, Hove, 1999. z Alan Bibliographie z Alan Baddeley, Essential of Human Memory, Psychology Press, Hove, 1999. z Alan Baddeley, La mémoire humaine, Presses Universitaires de Grenoble, 1993. z R. Versace, B. Nevers & C. Padovan, La mémoire dans tous ses états, Solal, Marseille, 2002. z Israël Rosenfield, L'invention de la mémoire (trad. A-S Cismareso), Flammarion, Paris, 1994. z Alain Lieury, Psychologie de la mémoire : histoire, théories, expériences, Dunod, Paris, 2005.

Bibliographie z Cécile Delannoy, Une mémoire pour apprendre, Hachette. z Aider à mémoriser, cahiers Bibliographie z Cécile Delannoy, Une mémoire pour apprendre, Hachette. z Aider à mémoriser, cahiers pédagogiques n° 474, juin 2009. z Eric Jensen, Le cerveau et l ’apprentissage, mieux comprendre le fonctionnement du cerveau pour mieux enseigner, Chenelière, 2001. z Francesca Gianesin, Mémoriser pour…comprendre, réfléchir, créer, Chenelière, 2001. z Thomas Amstrong, Déficit d ’attention et hyperactivité, stratégie pour intervenir autrement en classe, Chenelière, 2002. z Francis Eustache, Les petites cases de ma mémoire, le Pommier, 2005.